Fabrication d’aliments : l’Espagne à hauteur de l’Allemagne

La fabrication d’aliments est souvent le reflet de la bonne santé ou non d’une filière de productions animales. L’Assemblée générale de Nutrinoë* a été l’occasion de mettre en perspective les chiffres de la fabrication d’aliments en France et en Bretagne dans leur environnement européen et international.

La production mondiale d’aliments illustre le développement de la demande de produits animaux dans les pays émergents et la rationalisation des élevages. Elle affiche une belle dynamique, avec une augmentation du tonnage de 3 % en 2018 par rapport à 2017, soit 1,1 milliard de tonnes (hors aliments d’allaitement et petfood).


L’Espagne et l’Allemagne, premiers fabricants européens
L’Union Européenne en représente près de 15 % avec 163 millions de tonnes (Mt). La progression y est moindre : + 1,8 %. L’Espagne est à la hauteur de l’Allemagne à 100 000 tonnes près (23,7 vs 23,8 Mt). La fabrication d’aliments y progresse de 1,8 % à un rythme double de celui de la France (20,8 millions de t), tandis que l’Allemagne recule de 1 %.
Cependant, la France connaît une chute structurelle de ses fabrications d’aliments : elle a perdu 345 000 tonnes sur les cinq dernières années. Sur cette période, l’Espagne a gagné environ deux millions de tonnes et la Pologne 2,7 Mt. De son côté, l’Allemagne n’a perdu que 179 000 t.


Belle dynamique des aliments bovins
Les aliments bovins progressent fortement à 46,7 millions de tonnes (+ 3,8 %). Marché porteur en 2018 où la France et la Grande Bretagne (environ 5 Mt chacune) affichent les plus fortes évolutions : + 2,5 % et + 4,7 % respectivement. L’Espagne est le 1er producteur européen avec 8,5 Mt (+ 0,7 %), devant l’Allemagne avec 7 Mt (+ 1,5 %).
Le Grand Ouest pèse 59 % des fabrications françaises d’aliments du bétail, avec 12,25 millions de tonnes. Là aussi, les aliments bovins ont repris de fortes couleurs, avec un bond de 7,4 % à 1,14 Mt. Fin mai 2019, ils restaient sur une évolution positive (+ 1,9 %).
Avec 19,7 Mt, la nutrition animale consomme le tiers des 58 millions de tonnes de céréales françaises. 9,7 Mt pour les fabricants d’aliments et 10 Mt pour la FAF (fabrication à la ferme). 10 % sont à destination des bovins. La Bretagne est la 1ère région consommatrice avec 5,6 Mt. Côté tourteaux, les fabricants d’aliments utilisent 2,4 à 2,6 Mt de tourteaux de soja.40 % du tourteau de soja et 87 % du tourteau de colza sont utilisés pour les aliments bovins.


L’aliment bio progresse à grandes enjambées
Avec 479 155 tonnes en 2018, la fabrication française d’aliments bio continue sur sa lancée et bondit de 23 % en 2018 (+ 15 % en 2017). Hors mash, les aliments bio bovins atteignent 42 668 t (hors mash) avec un bond de 29 %. Les fabricants bretons sont quasiment sur le même rythme de progression (+ 21 %) que celui observé au niveau national. Leur volume (138 637 Mt) représente un peu plus de la moitié du volume français. Les aliments bio représentent aujourd’hui 1,8 % de la production bretonne d’aliments du bétail (1,4 % en 2017).

 * Nutrinoë est le syndicat professionnel qui fédère tous les fabricants bretons d’aliments du bétail.

PLM  - Formules d'abonnement

AU CŒUR DES ÉLEVAGES LAITIERS ​​​​​​​

  • La richesse des grands reportages immersifs en élevage
  • L'exclusivité d'un réseau mondial d'éleveurs et d'experts
  • Des astuces et solutions concrètes pour chaque exploitation

Profitez d'une offre découverte 3 mois